Planète Voix

 

Incantations
 
Bilan Psychovocal
La Voix qui guérit
Un bilan exclusif en sept étapes essentielles
 
Guide thérapeutique des CD
 
 Achat Express
 
Accueil 
Voix 
Harmoniques 
Yoga du son 
Incantations 
Thérapie vocale 
CD Livres 

 

 Site déposé IDDN - Reproduction interdite - Consultez la certification InterDeposit Digital Number  
Webmasters, pour toute demande d'autorisation, contactez l'auteur

 

Dans l’incantation comme dans le chant profane, le mental joue un rôle prépondérant. Chaque son contient une source de données faites de sensations, d’émotions et de subjectivité. Ces informations sont véhiculées par le chanteur qui dispose d’une large gamme de tons, d'impressions enfouies dans son subconscient, engrangées dans son vécu et qu’il transmettra naturellement à l’auditeur.

La voix révélation
Chaque chanteur délivre sa saga intérieure. Ce patrimoine parfois encombrant est intransmissible par le seul canal des sens objectifs. Pour reprendre une idée chère au philosophe Deleuze, il y a dans chaque son des plis, une organisation interne dans laquelle transitent une multitude d'informations qui s’impriment dans la mémoire du corps, le stimulent et le transforment.

La voix module et modèle l’être en devenir. Certaines musiques répétitives induisent des états de conscience modifiée et tissent une trame qui se resserre autour d’un événement, d’un souvenir, d’un problème qui n’a pas été résolu et qui ressurgit, comme revisité, redéployé, souligné par le son. Toute musique induit des images mentales mais certaines révèlent des champs enfouis de l’inconscient, des blocages, des inhibitions.

En musicothérapie, le patient est confronté à ses propres turbulences, à ses dissonances. Il est ce combattant des ténèbres qui, comme le héros du mythe solaire, traverse une série d’épreuves par l’intermédiaire des sons.

L’engouement pour le chant sacré s’ouvre sur des pratiques de développement personnel où l'être est maître de son corps et de son esprit, libéré des dogmes et des religions, relié à une spiritualité universelle et dépouillée de tout rituel. Cette harmonie retrouvée, le Sâr Péladan, ésotériste rosicrucien, l’a décrit au début du siècle en ces termes : « la Belle qui dort en sa beauté et qu’il faut réveiller par le baiser d’une interprétation analogue à son essence. »

Puissance des sons
Avant les fleuves et les orgiaques repas des vents et des tempêtes, le son incréé dormait dans le berceau du néant. Le Créateur alla le réveiller! Trois principes tantriques comme trois fées se penchèrent sur son berceau : l’Essence (bindu), le son (nâd), l’impulsion (spandam).

L’homme croyait aux vertus des sons magiques, à leur puissance et les associait à des danses, des gestes symboliques, des rituels. Ces sons primordiaux se manifestaient sous la forme de voyelles, de mots de puissance, de « noms-germe » ou bîja, de formules syllabiques et incantatoires.

Parmi ces sons, citons le plus connu, OM, le Verbe imprononçable de Dieu qui, dans la tradition hindouiste, contientles écritures sacrées et la totalité des harmoniques, mais aussi IESCHOUAH, LUMEN ADONAI, ALLELUIA ou encore le OIW celtique, l’alphabet des arbres etc… Ces mots dits de puissance ne gardaient leurs pouvoirs que s'ils étaient émis avec discernement dans le cercle étroit des initiés et en respectant des règles rituéliques précises.

Nos anciens demandaient au chant magique d’opérer les miracles les plus incroyables : dans l’ancienne Egypte, le dieu Ounos est préservé des morsures de serpents dans ses voyages d’outre-tombe grâce à une formule incantatoire ; le poète latin Lucain nous dit que « la peste fuit sous l’influence du chant » ; le savant grec Théophraste nous indique que la coxalgie se guérit par une musique en mode phrygien ; Platon préconise l'incantation contre les douleurs de l’enfantement.

Musique et société
Non seulement on prête au chant des vertus curatives mais on pense que la musique a une influence sur le climat social et politique. Pour mieux gouverner, les grecs emploient le mode dorien. Ce qu’on a qualifié de modes anciens étaient en fait des mélodies différentes qui correspondaient chacune à un "ethos" spécifique, c'est à dire à un climat émotionnel induit chez l'auditeur et l’exécutant. Il y eut ainsi de nombreuses tonalités.

Platon, toujours lui, rejette l'ionien qu’il trouve plaintif et efféminé et lui préfère le dorien qui inspire le courage, et le phrygien qui incarne la sobriété. Les chinois, quant à eux, attribuent les cinq notes de leur gamme pentatonique respectivement au Prince, aux ministres, au peuple, aux affaires et aux objets.

A Athènes, l’éducation musicale est au cœur du système pédagogique avec l'art oratoire et l’art du mouvement. Protagoras décrit au jeune Hippocrate la manière de transmettre la connaissance aux plus jeunes grâce aux disciplines artistiques et sportives afin de bâtir sa vie autour d'un code moral qui guidera leurs actions tout au long de leur existence. Les textes des grands auteurs seront appris par coeur, l'apprentissage de la cithare et la pratique du chant en modes dorien ou phrygien les inciteront à la tempérance et à la patience, la déclamation et la gymnastique leur apporteront de la combativité et de la confiance en soi.

Voix et rituels de la Grèce antique
En Grèce, l’aulos de roseau, instrument végétal à anche, accompagne les chants, les danses et les rites initiatiques qui célèbrent le retour des saisons.

Ces cérémonies qui ponctuent la vie paysanne, se transforment en drames liturgiques mettant en scène "les noces de la fécondité" entre Zeus et sa sœur Déméter, ou encore la fête de la vigne et son culte dionysiaque. Des percussions accompagnent les chœurs qui dansent la thymélée autour de l’autel. Le dithyrambe est une forme de dialogue qui s'instaure entre le chœur et le chanteur qui tient le rôle du Dieu Dionysos : prémices de la tragédie classique. Les choreutes sont rassemblés autour du chef de chœur, le choriphée, et de l'aulète, le joueur d’aulos.

Pour avoir plus de pression de souffle, il n’est pas rare de voir un aulète museler ses joues avec un accessoire en cuir appelé la phorbia. L’aulos est le meilleur compagnon de la voix humaine et il aime l’imiter. Aristoxène cite, entre autres, l’aulos « à tessiture de jeune fille, de jeune garçon, ou de cithare », ou encore celui qui est plus grave que les voix gutturales des hommes : hyperteleios.

Loin du tumulte des villages et des villes, le berger chante avec sa lyre les beautés de la vie pastorale, le cheminement des troupeaux dans les collines. Les chants de la société agraire rejoignent alors leur source naturelle: le grand ordre de la nature.

Musique pythagoricienne

Bien sûr, la musique grecque n’est pas élaborée à partir de fréquences précises mais d’intervalles et de hauteurs relatives en fonction de la tessiture du chanteur. Celui-ci émet un son qui lui correspond et à partir de cette note personnalisée, interprète son chant monodique (le même principe est appliqué en musique indienne avec la hauteur variable du Sa ou note fondamentale).

Leur système harmonique est basé sur la quarte, la quinte et l'octave : des intervalles parfaits, ou symphoniae, qui sont des multiples du son fondamental. La quarte est ce carré musical, cet intervalle fixe sur lequel gravitent comme des sphères les autres notes au gré des intonations vocales et instrumentales.

A partir de cordes de longueurs différentes et de l’intervalle de quarte, les pythagoriciens ont établi les premières consonances qui serviront de base à notre acoustique musicale. Leurs mélodies sont simples, composées d’une succession de quatre sons ou tétracorde, mais servies par ces variations de l’âme, ces humeurs et ces richesses harmoniques imprévues qui mettent l’auditeur en état de grâce devant tant de richesses d’improvisation et de dévotion musicale.

 Philippe Barraqué

© 1999 Extraits du livre A la source du chant sacré de Philippe Barraqué (ISBN : 2-912677-06-8). Tous droits de reproduction, de traduction, d’adaptation et d’exécution réservés pour tous pays . All rights reserved.

Le Yoga du son (+CD)
Conseils pratiques pour chanter vos énergies   words_blue_new.gif

Véritable alternative à un yoga purement « physique », le Yoga du son nous convie à explorer nos résonances, nos rythmes internes et nos souffles. Cette thérapie non verbale et méditative est fondée sur des techniques énergétiques douces et anti-stress sollicitant la respiration, l’écoute, les postures, le « OM » universel et le chant harmonique. Les bénéfices de ces pratiques sont nombreux, du renforcement des capacités mentales à la résistance accrue aux maladies. Que l’on soit débutant ou plus avancé, chaque étape nous aide à rétablir l’harmonie de l’être et à trouver l’accord juste avec nous-mêmes.

Le Yoga du Son inclut le CD Yoga du son qui comporte 10 plages de sons thérapeutiques pour stimuler les sept chakras, s’initier au chant harmonique, pratiquer les syllabes énergétiques et invoquer le soleil (Gayatrî Mantra).

Lâchez prise, laissez-vous porter et emporter dans les tourbillons harmoniques des Mantras et les vibrations profondes des syllabes sacrées…

Réglez par carte bancaire.
France 21,70 euros - Dom-Tom, Etranger 27,50 euros (cliquez sur la flêche à droite et sélectionnez le prix Export)

Livre Le Yoga du son (+CD)
 

Harmosiris
Une Quête vers la Lumière
Chant des éléments et des mots de puissance magnifié par la voix de haute-contre de Philippe Barraqué.
 
Réglez par carte bancaire.
France 21,90 euros - Dom-Tom, Etranger 27 euros (cliquez sur la flêche à droite et sélectionnez le prix Export) - CD gravé à l'unité en pochette standard - Durée 1h.
Harmosiris
 

 

 

anigreen08_back.gif   anigreen08_next.gif

Site déposé IDDN - Reproduction interdite - Consultez la certification InterDeposit Digital Number  
 ®  La Voix qui guérit, la Thérapie Vocale, l'Harmonicothérapie, la Programmation Neuro Vocale, les Sons Floraux
 sont des marques déposées à l'INPI (Institut National de la Propriété Industrielle)
   
Mise à jour : 2017
 Copyright © 2016 Philippe Barraqué